Fin des tarifs transitoires : pourquoi payer son électricité 30% plus cher que les autres ?

Share Button

Dans son communiqué de presse du 17 mars dernier, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) signalait que 10.000 clients professionnels et syndics de copropriété n’avaient pas encore choisi leur nouveau tarifs d’électricité. Ce qui signifie qu’aujourd’hui, 10.000 clients EDF paient leur électricité entre 30 et 50% plus chers que les autres (tarifs transitoires), et que, s’ils n’ont toujours pas fait leur choix au 1er juillet 2016, ils se verront imposer un fournisseur, toujours à des tarifs prohibitifs.

 

Après avoir agité le chiffon rouge (menaces de coupure d’électricité), la CRE a finalement opté pour une méthode moins radicale, mais tout aussi pénalisante pour le client : pérenniser des tarifs d’exception (tarifs électricité supérieurs de 30% par rapport aux tarifs « usuellement pratiqués ») avec une évolution prédéfinie à la hausse. L’objectif est clair : faire disparaître totalement les tarifs réglementés à partir du 1er juillet 2016.

Autrement dit, les clients qui n’auront pas pris leur décision se verront engagés sur des contrats aux conditions très défavorables, et sans recours possible avec :

  • des tarifs supérieurs de 30% à 50% par rapport à ce qu’ils auraient pu obtenir en négociant leurs tarifs.
  • des contrats qui pourront imposer des formules d’évolution des prix (rappelons qu’en tarif marché, les prix sont figés sur des périodes allant de 1 à 3 ans).

Voici un lien vers le communiqué de presse de la CRE du 17 mars 2016.

Si vous êtres concerné, faites étudier votre contrat. Je vous propose de vous le faire gratuitement et sans engagement. Pour cela, il vous suffit d’utiliser le formulaire de contact en haut à droite, ou de rédiger un message dans la case « commentaires » située juste en dessous de cet article.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *