1er janvier 2017 | Mécanisme de capacité : encore une nouvelle taxe sur l’électricité !

Share Button

Depuis le 1er janvier 2017, chaque consommateur d’électricité doit payer une nouvelle taxe appelée « Capacité ». Mais de quoi s’agit-il ? Explications.

En janvier 2017, chaque client a eu la surprise de recevoir un courrier de son distributeur d’électricité lui expliquant qu’il doit, depuis le 1er janvier 2017, s’acquitter d’une nouvelle taxe sur la consommation appelée « Capacité ». Aucun média n’a parlé de cette nouvelle taxe qui a été décrétée quasiment en catimini. Les clients sont aujourd’hui pris par surprise, laissant le soin aux fournisseurs d’électricité de supporter l’ire et l’incompréhension des clients, qu’ils soient professionnels ou particuliers.

Retour sur la genèse de cette taxe, qui se résume en 5 points :

  1. L’État a fait le choix du nucléaire pour assurer son indépendance énergétique, ce qui en soit, était une décision logique au moment où elle a été prise.
  2. Cependant, le nombre de réacteurs nucléaires construits a été beaucoup trop important par rapport aux besoins réels, créant une situation de surcapacité structurelle de l’ordre de 30% et un gaspillage énergétique massif (voir l’analyse de l’institut Negawatt et son diaporama)
  3. Pour consommer les surplus d’électricité générés par ce parc nucléaire, l’État a favorisé (sponsorisé) la filière du chauffage électrique. La France est ainsi devenu le pays du monde le plus sensible à la pointe de consommation électrique liée au froid. Le problème s’accentue à chaque nouvel appareil de chauffage électrique installé.
  4. Or, plutôt que de concentrer les efforts sur les causes du problème (la désensibilisation au froid : plan massif d’isolation des bâtiments, conversion du chauffage électrique en chauffage à partir d’énergies primaires, …), l’Etat a fait le choix inverse. Objectif : « inciter » des investisseurs fortunés à construire des unités de production d’électricité « de pointe » qui ne serviront quasiment jamais. Le tout est vendu aux consommateurs comme un moyen d’éviter un potentiel black-out (campagne publicitaire de janvier 2017).
  5. Bien entendu, ce choix illogique à un prix : celui du « mécanisme de capacité« . Cette nouvelle taxe a un prix et pèse lourdement sur le prix du kWh électrique : une augmentation de 4 à 5% selon le fournisseur, après l’augmentation de plus de 10% de la CSPE un an auparavant (voir article sur la hausse historique des taxes pesant sur l’électricité).

 

Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article de l’Observatoire Energies d’Entreprises, magazine diffusé par EDF Entreprises, qui décrit les arguments des lobbies : 2016.04.12-marche_capacite_lobbying_JPercebois

 

A bientôt pour un nouvel article.

En attendant, si vous avez une question ou des commentaires à apporter, n’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact situé tout en bas de cette page.

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :mécanisme de capacité 2017,taxe sur les mécanisme de capacité,taxe mécanisme de capacité,TAXE OBLIGATION DE CAPACITE ELECTRICITE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *